Public

LA CYTOLOGIE, ça te dit quelque chose?

La cytologie est une branche de la biologie dans laquelle on étudie la cellule et ses composantes.

ÉTUDIER LA CELLULE, pour quoi faire?

Les applications de la cytologie sont pratiquement illimitées dans les mondes végétal et animal. Chez l’humain, elles permettent de faire avancer la médecine : par exemple d’élaborer des vaccins et mettre au point de nouveaux traitements. Mais le plus grand avantage de la cytologie reste le diagnostic du cancer.

" Dans tout programme de dépistage, plus les lésions sont détectées tôt, meilleures sont les chances de guérison."

CYTOLOGIE ET CANCER, quel rapport y a-t-il?

Chez l’être humain, il y a 60 000 milliards de cellules. L’équilibre du corps humain est le fruit d’une sorte de contrat social entre ces milliards de cellules qui y cohabitent. Pour vivre en harmonie et ne faire qu’un, les cellules doivent restreindre leur autonomie, ainsi que leur liberté de reproduction et de mouvement.

Malheureusement, toutes les cellules n’ont pas ce comportement de bon citoyen. Dans le corps humain, comme dans la société, il y a des cellules rebelles. Elles se divisent et évoluent à leur gré, rompant ainsi l’équilibre pour se développer en cancer. Ces cellules deviennent alors des ennemis dangereux pour la communauté. Pour les éliminer, il faut d’abord les trouver. C’est là le rôle de la cytologie diagnostique.

Comment trouver les cellules malignes?

Les méthodes d’investigation varient selon la population étudiée. On en utilise principalement deux : le diagnostic et le dépistage.

Pour le diagnostic, on étudie les cellules prélevées sur un patient porteur de symptômes.

Exemple : Un jeune garçon se présente avec une bosse dans le cou qui semble être un ganglion augmenté de volume. L’analyse au microscope des cellules qu’on a prélevées permettra de savoir s’il s’agit d’une mononucléose, d’une simple réaction à une inflammation ou d’un cancer.

Pour le dépistage, on étudie les cellules prélevées sur une personne qui paraît en santé, sans symptôme apparent. Elle appartient néanmoins à un groupe à risque de développer un cancer ou une autre maladie.

Exemple : Une jeune femme active sexuellement se présente chez son médecin pour sa visite annuelle. Le médecin profite de l’examen gynécologique pour pratiquer le test Pap, test de dépistage pour le cancer du col de l’utérus. L’analyse au microscope des cellules prélevées permettra de savoir si elles sont normales, précancéreuses ou cancéreuses.

HISTORIQUE DU DOCUMENT

BUT: Offrir aux filles et garçons de secondaire 3, en complémentarité avec leur cours de biologie générale, un dépliant explicatif sur la cytologie diagnostique et le test Pap.

COMMENT: Ce dépliant a été conçu par un groupe de 6 cytologistes (mères d’adolescentes), du CHA St-Sacrement. Il a été révisé par ces adolescentes afin de s’assurer qu’il répondait à leurs questions.